LES FACULTÉS OCCULTES DE L’HOMME

par | Mai 12, 2020 | Non Classé

Besoin d'aide ?

Découvrez les services de Loray Gwondé en Chamanisme, Travaux Occultes et soins énergétiques dès maintenant. 

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 10 715 autres abonnés

L’être humain est en somme une machine à produire de la force nerveuse. En effet, ce qui est intéressant dans une usine, c’est de voir ce qui entre comme matières premières et ce qui sort comme matière transformées.

Dans l’être humain, il entre des aliments solides et des boissons liquides, de l’air atmosphérique, puis des sensations. Tout cela se transforme, donne des sous-produits (excréments, urine air expiré) et produit en définitive la force nerveuse qui met toute la machine humaine en mouvement, depuis la plus ténue des artères ou de veines, jusqu’aux membres eux-même de l’être humain.

Or, de multiples expériences, dont on trouvera le détail dans les auteurs spéciaux, il résulte que cette force nerveuse, qui préside aux mouvements dans l’être humain et à la vie consciente, peut s’irradier hors de l’être humain et produire des faits étudiés sous le nom de magnétisme, de faits psychiques ou de spiritisme.

Quelques mots sur les facultés occultes de l’homme nous semblent donc ici indispensables.

Tout d’abord, il faut bien se rappeler que dans l’être humain, il y a plusieurs êtres, plusieurs appartements, plusieurs dieux ou plusieurs anges, selon les écoles et les traditions. Nous répétons qu’il ne faut jamais avoir peur des mots qui sont seulement des épouvantails pour les ignorants.

Il y a, dans tout être humain, deux êtres principaux, avec plusieurs sous-ordres.

1° Un être conscient, incarnation et manifestation de l’esprit immortel, qui agit pendant la veille et qui commande directement les organes suivants:

a) Le cerveau et le système cérébro-spinal;

b) Tous les muscles, à fibres striées, c’est-à dire dépendant de la volonté; muscles des bras et des jambes, quelques muscles du thorax, muscles de la vessie et du gros intestin, ainsi que les divers systèmes qui se rattachent à l’appareil de la génération;

2° Mais, dans cet homme qui veille, existe un autre être, obscurci pendant la veille et qui reprend toute son autorité pendant le sommeil. Ce second être, c’est l’homme des astres, celui qui est en relation constante avec la force universelle, celui par lequel l’être humain communique directement avec toutes les puissances secrètes de la nature. Cet être a reçu, on le pense bien, des noms multiples; Paracelse l’appelait « la ménagère de l’organisme », ou le corps astral. C’est ce nom qui lui est resté chez les Occultistes. Les Spirites l’appellent « le perisprit ». Quel que soit le nom qu’on lui donne, cet être existe.

Pour les physiologistes, il est localisé dans le système nerveux du grand sympathique ou de la vie organique. Ce système nerveux commande à tous les organes qui échappent à l’action directe de la volonté. Il préside aux fonctions de tous les organes splanchniques, coeur et poumons, estomac, foie, rate, intestins; il préside à la circulation toute entière de l’organisme, qu’il défend au moyen de sécrétions glandulaires d’une part, et de la mise en marche des phagocytes, d’autre part. Il agit directement sur les muscles à fibres lisses. (…)

Il y a encore, dans chaque être humain conscient, un homme droit et un homme gauche, ayant chacun leur cerveau déterminé, hémisphère droit pour l’homme gauche, et hémisphère gauche pour l’homme droit. Stanislas de Guaita a merveilleuse décrit la double polarité de ces deux êtres, dans l’homme et la femme.

L’hémiplégie, ou paralysie de la moitié du corps se charge de montrer que la séparation de ces deux êtres est possible sans amener la mort. Chacune de ces moitiés de l’être humain correspond aux hémisphères de chaque planète qui sont éclairés alternativement par le soleil et par la Lune, et aux deux soleils de chaque système solaire, le soleil blanc, ou « allumé », qui est un des foyers de l’ellipse, et le soleil noir, ou « astralisé », qui est l’autre foyer. Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur ce point, que nous illustrerons par quelques figures.

Pour produire hors de l’être humain la manifestation des facultés occultes, on comprend qu’il suffit d’établir un équilibre, souvent instable, dans lequel l’être astral dominera les phénomènes, alors que l’être conscient servira simplement de contrôle. C’est là ce qui se produit dans l’extase religieuse ou autre, pendant laquelle l’homme astral entre directement en relation avec son lieu d’origine, et présente à la sensibilité de l’être conscient des images se rapportant à ce nouveau plan d’existence.

C’était là le but de toutes les cérémonies initiatiques de l’antiquité, et, après un entrainement progressif, l’initié était capable de se transporter directement et par ses propres moyens, dans le plan astral, puis dans le plan divin et d’en rapporter les enseignements positifs les plus élevés.

La certitude de l’immoralité après la mort physique devenait alors un fait si positif que cette mort n’était considérée que comme une délivrance et non pas comme une souffrance. Cette action directe de l’être incarné, dans le plan invisible, demande l’assistance de beaucoup d’êtres de ce plan. Aussi, dans les premiers entrainements qui se faisaient dans les temples égyptiens, l’aspirant était-il complètement endormi; l’être conscient ne se souvenait au réveil des phénomènes ressentis, que comme un dormeur se souvient en s’éveillant des songes lucides qu’il a pu avoir.

En effet, le rêve, qui peut avoir trois origines: d’abord une origine seulement organique, rêves dus au mouvement du sang dans le cerveau ou aux effets de la digestion ou de la vie purement organique; ensuite, rêves directement astraux, dans lesquels on semble voler en l’air, flotter dans la lumière et qui indiquent seulement le renouvellement des forces astrales en nous; enfin, songes véritables, dans lesquels l’être conscient est mis en relation par les êtres invisibles avec les plans supérieurs d’existence. C’est le seul moyen qui reste à ces êtres invisibles pour faire communiquer l’être humain incarné avec les mondes supérieurs, et tout être humain depuis le dernier des charretiers, jusqu’au plus grand des savants, peut participer à cette communion mystérieuse, tant il est vrai que les êtres sont classés dans l’au-delà, bien autrement que sur terre; un homme peut en effet avoir beaucoup ici-bas et n’être rien là-bas; un autre peut être beaucoup dans l’invisible, et n’avoir rien ici-bas. Aussi, les songes de lumière sont-ils envoyés à ceux qui sont quelque chose, et n’existent-ils souvent pas pour ceux qui sont quelque chose, et n’existent-ils souvent pas pour ceux qui ont beaucoup et ne sont rien.

À côté de ces manifestations, les plus élevées des plans supérieurs, il existe beaucoup de facultés plus faciles à vérifier. Ainsi, la force astrale s’irradie sous l’influence de la prière ou de l’entrainement volontaire, hors de l’être humain à l’état de veille.

On peut donc produire très facilement des guérisons dans les cas où la transfusion de force nerveuse suffit pour remettre en état un être humain déséquilibré, physiquement ou psychiquement; telle est la clé de cures obtenues par les magnétiseurs, les guérisseurs, les théurges et tout ceux qui ont compris que la théophanie est toujours une science vivante, alors que la téosophie est une science purement mentale et morte quant ses résultats pratiques.

À côté de ces cas, où l’être humain garde sa conscience dans la production des faits psychiques, il y a une foule d’autres cas où l’on agit en se servant d’êtres endormis, sujets ou médiums.

ABC illustré D’OCCULTISME par PAPUS ( Docteur G.ENCAUSSE)