Qu’est-ce que le bas astral ?

Contactez Loray Gwondé

Compétent dans de nombreux domaines, Loray Gwondé met à votre dispositions ses capacités. Contactez-le pour travailler avec lui par le biais de soins énergétiques, de soins chamaniques, de travaux occultes ou d'ethnothérapie.
Contact

Le bas astral fascine autant qu’il effraie. Cette dimension subtile de notre réalité, invisible à nos yeux mais bien présente, soulève de nombreuses questions. Qu’est-ce que le bas astral exactement ? Quelles sont les entités qui le peuplent ? Peut-on s’y rendre ? Dans cet article, nous allons explorer en détail ce monde mystérieux et tenter d’apporter des réponses, à la lumière des connaissances ésotériques.

Définition du bas astral

Le bas astral est la partie la plus dense et la plus sombre du plan astral. Il s’agit de la couche vibratoire la plus basse, où résident des énergies et des entités de basses fréquences. C’est un monde de souffrances, de peurs et d’illusions.

Le bas astral et les mondes subtils

Pour bien comprendre ce qu’est le bas astral, il faut le replacer dans le contexte plus large des mondes subtils qui constituent les différents plans de la Création. Au-delà de notre réalité physique existe tout un univers vibratoire, imperceptible à nos 5 sens. Le plan astral en fait partie, au même titre que le plan éthérique, mental ou causal.

illustration du bas astral un monde energetique de basses vibrations

Le bas astral est la “cave” de ce monde astral, la partie la plus dense et la moins lumineuse.

Dans de nombreuses traditions, on retrouve cette notion de mondes subtils étagés selon une hiérarchie vibratoire. Les chamans évoquent souvent l’existence de trois mondes : le monde d’en haut, le monde du milieu et le monde d’en bas.

Le monde d’en bas est le domaine des esprits de la nature, des animaux de pouvoir. En cela, il peut être un espace initiatique, un passage obligé pour qui veut transcender ses parts d’ombre.

Le bas astral n’est cependant qu’un des nombreux mondes subtils qui s’interpénètrent et interagissent en permanence. Au-dessus de lui se déploient des plans de conscience de plus en plus élevés : le plan astral supérieur, puis le plan mental, causal, bouddhique et atmique. Chacun de ces plans est habité par des hiérarchies d’êtres, des énergies, des formes de conscience spécifiques.

Corps subtils et mondes subtils

Notre corps physique est en réalité animé et soutenu par plusieurs corps subtils, du plus dense au plus éthéré : corps éthérique, corps astral ou émotionnel, corps mental, corps causal. C’est par ces différents véhicules que nous sommes en interaction constante avec les mondes invisibles, que nous en soyons conscients ou non.

Bien comprendre la structure des mondes subtils permet de mieux situer la place du bas astral et son influence sur nous. Cela nous donne aussi des clés pour nous en protéger et ne pas nous laisser parasiter par ses énergies. Car si le bas astral est le reflet de nos propres ténèbres, il est aussi le terrain de jeu d’entités désincarnées potentiellement malveillantes.

Transcender le bas astral est donc à la fois un travail intérieur de purification et une prise de conscience de notre nature multidimensionnelle. C’est en élevant nos vibrations, en cultivant des énergies de lumière et d’amour que nous pouvons nous extraire de son emprise et accéder à des sphères de conscience plus vastes. Le bas astral n’est qu’une étape, un passage dans la grande aventure de l’évolution de l’âme à travers les mondes.

Le bas astral dans le chamanisme

Le concept de bas astral trouve un écho dans de nombreuses traditions ésotériques et chamaniques à travers le monde. Les chamans évoquent souvent l’existence de trois mondes : le monde d’en haut, le monde du milieu et le monde d’en bas. Mais c’est un monde qui peut être dangereux pour les non-initiés.

Les entités du bas astral

entite du bas astral illustration abstraite

Le bas astral grouille de vie, mais pas de la vie telle qu’on la connaît sur Terre. Il est peuplé d'”entités”, des formes de conscience désincarnées, sans corps physique. Parmi elles, on trouve différents types d’entités aux caractéristiques et origines variées.

Il y a tout d’abord les âmes errantes, ces personnes décédées qui sont restées bloquées dans le bas astral après la mort, souvent à cause d’attachements non résolus. Leur présence peut alors créer des perturbations énergétiques chez leur hôte.

On trouve aussi dans le bas astral ce qu’on appelle les “larves astrales” ou “parasites énergétiques”.

Certains évoquent également la présence dans le bas astral de véritables entités démoniaques, des formes de conscience anciennes et puissantes, fondamentalement opposées à l’évolution et à la lumière. Heureusement, les contacts avec ce type d’entités sont rares pour le commun des mortels.

Quelle que soit leur origine, les entités du bas astral ont plusieurs points communs. Elles sont de basse fréquence vibratoire et se nourrissent d’énergies lourdes comme la peur, la colère ou la douleur.

La présence d’entités astrales parasites peut se manifester de différentes manières chez une personne : fatigue chronique, état dépressif, pensées sombres et répétitives, sensation d’être observé ou contrôlé, impression que “quelque chose ne va pas”, etc. Dans les cas les plus graves, elles peuvent même générer des troubles physiques ou psychiques.

Se libérer de l’emprise des entités astrales passe avant tout par un travail sur soi : guérir ses blessures émotionnelles, transmuter ses parts d’ombre, élever sa fréquence vibratoire. Dans tous les cas, la peur n’est pas de mise. Rester centré dans la lumière et l’amour est la meilleure protection face à ces énergies de basse fréquence.

Peut-on visiter le bas astral ?

Il est possible, dans certaines conditions, de visiter le bas astral. C’est ce que font les chamans lors de leurs voyages. Seule une solide pratique spirituelle et une grande maîtrise permettent de s’y rendre sans dommage.

le monde den bas art lovecraftien

Comment se protéger du bas astral ?

Même sans le visiter consciemment, nous sommes tous plus ou moins en contact avec les énergies du bas astral. Nos peurs, nos colères, nos pensées négatives résonnent avec cette dimension et peuvent attirer à nous des entités parasites. Cultiver des pensées positives, développer la maîtrise de soi et le discernement spirituel permet de colmater les brèches énergétiques. En cas d’attaque psychique avérée, il peut être nécessaire de faire appel à un spécialiste.

Le haut astral, miroir lumineux du bas astral

Si le bas astral est le réceptacle des énergies lourdes et des entités en souffrance, il existe aussi un “haut astral”, reflet inversé de cet état inférieur de l’être. Le haut astral est la partie supérieure du plan astral, celle qui vibre à des fréquences élevées et baigne dans une lumière éclatante. C’est un monde spirituel peuplé d’entités bienveillantes, une sorte de paradis astral où les âmes peuvent se ressourcer et se libérer de leurs attachements terrestres.

Un lieu de transition pour les défunts

Le haut astral est souvent décrit comme un lieu de transition pour les défunts. Après la mort, les âmes qui ont atteint un certain degré d’évolution spirituelle sont naturellement attirées par cette sphère lumineuse. Elles y retrouvent leurs guides spirituels, leurs anges gardiens qui les aident à faire le bilan de leur vie, à comprendre les leçons de leurs expériences. C’est un espace de repos et de régénération, où elles se préparent à leur prochaine incarnation ou à leur passage vers des plans de conscience encore plus élevés, comme le plan mental ou le plan causal.

Les habitants du haut astral

Le haut astral abrite une grande variété d’entités spirituelles, toutes vibrant à des fréquences d’amour et de sagesse. On y trouve les anges, les archanges, les maîtres ascensionnés, qui œuvrent au développement spirituel de l’humanité. Toutes ces entités peuvent être contactées par l’homme lors de méditations, de prières ou de rituels spécifiques. Elles agissent comme des guides, des passeurs entre les mondes, pour nous aider à évoluer et à nous libérer de nos limitations.

Contacter le haut astral

Il est possible, avec un entraînement approprié, d’entrer consciemment en contact avec les énergies du haut astral. C’est le but de nombreuses pratiques mystiques et chamaniques, qui visent à élever notre taux vibratoire pour accéder à ces sphères supérieures. La méditation, le yoga, le travail sur les chakras, les rituels de purification sont autant de moyens de nous connecter à cette lumière intérieure. Certains lieux sacrés, certains sites naturels particulièrement chargés énergétiquement peuvent aussi favoriser ce contact. L’important est d’aborder ces expériences avec humilité, discernement et une intention pure.

Le haut astral, clé du développement personnel

Au-delà des expériences mystiques, le haut astral peut être un allié précieux dans notre développement personnel. En nous connectant à ses énergies, nous pouvons plus facilement transmuter nos parts d’ombre, guérir nos blessures émotionnelles, nous libérer de nos schémas karmiques. Les guides du haut astral peuvent nous inspirer, nous intuitionner des solutions à nos problèmes, nous aider à comprendre le sens profond de nos expériences de vie. Ils sont comme un miroir qui nous renvoie à nous-même, à notre propre divinité intérieure.

Bien sûr, le contact avec le haut astral n’est pas une fin en soi. Il ne dispense pas d’un travail sur soi au quotidien, d’une mise en pratique concrète des enseignements reçus. Mais il peut être un soutien précieux, un rappel constant que nous ne sommes pas seuls sur le chemin et que la lumière est toujours là, prête à nous guider si nous choisissons de nous tourner vers elle. En cela, le haut astral est le pendant lumineux du bas astral, l’espoir au cœur des ténèbres, la promesse que toute conscience finira par s’éveiller à sa vraie nature divine.

Le bas astral, un concept à dépasser ?

Pourtant, aussi réel soit-il, le concept de bas astral reste une projection mentale, une tentative de l’esprit humain pour appréhender une réalité qui le dépasse. Certains mystiques affirment qu’il n’existe en vérité ni “haut” ni “bas”, mais seulement une Conscience unique et indivisible. Le bas astral ne serait alors qu’une illusion née d’un point de vue limité et dual. Transcender la peur qu’il inspire et l’idée même de séparation permettrait de s’en libérer. C’est en tout cas une piste à méditer…

image

Conclusion

Le bas astral est donc une réalité subtile complexe et fascinante. Monde des énergies lourdes et des entités en souffrance, il est comme un purgatoire où se débattent les âmes non évoluées. Bien que potentiellement dangereux, il n’en reste pas moins un passage important dans le cheminement spirituel, un espace où confronter ses propres parts d’ombre.

Les traditions ésotériques et chamaniques nous offrent des clés pour le comprendre et nous en protéger. Mais au-delà des mots et des concepts, c’est à chacun d’approcher et de transcender cet abîme mystérieux, pour peut-être découvrir qu’il n’a pas de réalité ultime. Le bas astral reste un grand mystère qui ne se laisse pas facilement appréhender par l’esprit humain.

FAQ : Pour aller plus loin

Quelles sont les différences entre le bas astral et le plan éthérique ?

Le bas astral et le plan éthérique sont deux dimensions subtiles distinctes. Le plan éthérique est le plus proche du plan physique. Il est le siège des corps énergétiques qui animent notre corps physique (corps éthérique, émotionnel, mental). Le bas astral, lui, est une région du plan astral caractérisée par des vibrations basses et des entités en souffrance. Il est plus éloigné de notre réalité matérielle.

Comment le bas astral se dévoile-t-il dans notre vie quotidienne ?

Le bas astral peut se manifester dans notre vie sous forme de pensées négatives récurrentes, d’émotions toxiques comme la jalousie ou la haine, de schémas de comportement destructeurs. Ces éléments sont souvent liés à des mémoires karmiques non résolues ou à l’influence d’entités astrales parasites. Prendre conscience de ces mécanismes est le premier pas pour s’en libérer.

Peut-on visiter le bas astral par des rêves ou des expériences hors du corps ?

Il est possible de faire l’expérience du bas astral lors de certains rêves lucides ou de voyages astraux. Cependant, ces expériences ne sont pas sans risque. Le bas astral étant peuplé d’entités de basse vibration, il y a un danger de “pollution” énergétique et psychique. Seule une solide pratique spirituelle et une grande maîtrise permettent de s’y rendre en toute sécurité.

Quels sont les signes qu’une personne est attachée à des entités du bas astral ?

Une personne sous l’emprise d’entités du bas astral peut souffrir de fatigue chronique, de dépression, de pensées sombres et obsessives. Elle peut avoir l’impression d’être vidée de son énergie, de ne plus être elle-même. Des problèmes de santé inexpliqués peuvent aussi apparaître. Si vous suspectez une influence astrale néfaste, n’hésitez pas à consulter un thérapeute énergétique compétent.

Existe-t-il des rituels pour se protéger du bas astral ?

Il existe de nombreux rituels de protection contre les influences du bas astral, issus de différentes traditions spirituelles. Ils peuvent inclure des prières, des invocations, des visualisations de lumière, l’utilisation d’encens ou de cristaux. L’essentiel est d’agir avec une intention pure et de se connecter à des énergies de hautes vibrations. Mais le meilleur bouclier reste le travail sur soi au quotidien.

Le bas astral est-il lié à la magie noire ?

Le bas astral est effectivement le terrain de jeu privilégié de ceux qui pratiquent la magie noire ou la sorcellerie. Ces pratiques visent à manipuler les énergies astrales à des fins égoïstes ou destructrices. Elles peuvent inclure l’invocation d’entités démoniaques, la création de formes-pensées négatives, des rituels de nuisance. Mais dans la majorité des cas, les entités du bas astral agissent de manière inconsciente, par résonance avec nos propres ténèbres intérieures.

Comment se libérer définitivement de l’emprise du bas astral ?

Se libérer du bas astral est un processus qui engage tout l’être – physique, émotionnel et spirituel. Il passe par un nettoyage en profondeur de ses corps subtils, un travail sur ses mémoires karmiques, le développement du discernement et de la maîtrise de soi. Des thérapies énergétiques comme le reiki ou des techniques de déprogrammation mentale peuvent aider. Mais la clé est surtout de cultiver des énergies d’amour et de lumière, pour élever durablement son taux vibratoire. C’est un chemin de vie, pas une solution miracle.

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram